Les secrets des champions

LES SECRETS DES CHAMPIONS

18 décembre 2019

Chaque semaine, je reçois des messages de la part de personnes que je ne connais pas. J’essaies de faire au mieux pour y répondre et parfois, à force d’échange, un début d’amitié naît.

Il est loin le temps où je recevais des messages écris en langage SMS, où je ne comprenais rien à ce qui était et où certains se permettaient des familiarités.

Aujourd’hui, j’ai la « chance », sans doute provoquée, de recevoir des messages humains qui me donnent de l’énergie comme j’espère vous en donner chaque semaine.

Il y a quelques semaines, j’ai reçu un message qui m’a un peu plus interpellé que d’habitude d’un dénommé Barthélémy.  Il m’écrivait pour m’inviter à une rencontre de podcasteurs sportifs sur Paris vis à vis de mon autre podcast, le SuperPhysique Podcast qui sort tous les vendredi à 10h30 très précisément.

Dans cet email, il m’expliquait qu’il animait lui aussi un Podcast : « Extra-Terrien«  où il invitait des champions à s’exprimer.

Alors avant de répondre à sa demande et étant un grand amateur d’interview détaillé des champions, d’interview où cela sent la vie, j’écoutais quelques épisodes.

J’accrochais immédiatement et ne pouvant pas me rendre à Paris pour une soirée uniquement, nous en restâmes là jusqu’à tant que, quelques jours plus tard, il me propose de m’interviewer pour un épisode.

Ma première réaction fut de ne pas me sentir à la hauteur. Comment l’être face à des champions olympiques comme Vincent Defrasne ou Jérémy Azou que j’avais découvert en faisant des recherches sur l’entraînement en aviron ?

Puis, prenant un peu de recul, après avoir lu les arguments de Barth, je me suis dit que cela montrerait peut être une autre vision du champion.

Je ne crois pas que le champion soit une race d’individu à part, que tout soit inné.

Je ne crois pas que le champion soit uniquement le premier.

Je ne crois pas qu’il faille obligatoirement participer à des compétitions pour être un champion.

Ma vision est totalement différente et telle que je l’explique dans mon livre « The Leader Project« , je pense que faire sa différence et agir par choix à tous les niveaux est le comportement d’un Leader qui n’est autre qu’un synonyme du mot champion.

Vous le savez aussi bien que moi, au sens premier, tout le monde ne peut pas être champion olympique mais je suis convaincu que l’on peut être son propre champion, qu’on peut, du moins, se comporter comme tel, pour finir par le devenir.

Au début, je croyais que Barth voulait m’interviewer à distance comme beaucoup mais je fus surpris car rapidement, il me demanda les tarifs pour loger une semaine à la Villa SuperPhysique, à proximité d’Annecy (Il suffit de me contacter si vous désirez venir y séjourner et partager des ondes positives !).

Ne le connaissant pas spécialement en dehors de son podcast, je fie alors des recherches car pour vivre une semaine sous le même toit, mieux vaut être sur la même longueur d’ondes. Pour quelques jours, peu importe mais pour une semaine ?

Rendez-vous fut pris et je découvris un bosseur comme on en fait peu.

Je dis régulièrement que je sens ceux qui vont réussir, là, je n’ai aucun doute, je tiens l’un de ceux qui feront ce qu’il faut pour être ce qu’ils veulent être.

A son niveau, c’est pour moi, un champion.

Barth veut être l’intervieweur des champions, il le sera.

Nous avons commencé par enregistrer un épisode pour Extra-Terrien qui vient d’ailleurs de sortir et qui change des interviews auxquelles je participe régulièrement. C’est là son propre regard sur ce que je « dégage ». On y a notamment parler de constance, d’avenir, de journée parfaite… C’était surprenant et intéressant d’avoir un regard extérieur sur soi-même.

Puis, dans ma quête, ma mission de vous aider à être le Leader dont vous avez besoin, à être heureux, nous nous sommes dits que cela serait intéressant de faire un épisode sur les secrets des champions.

Qui est mieux placé que Barth et accessible pour en parler, lui qui a interviewé plusieurs dizaines de champions ?

Cela nous permettrait en plus de faire le parallèle avec le Leadership individuel que je prône.

Que faut-il faire pour être un champion ? Quelles sont les actions qu’ils font tous pour réussir à être les meilleurs ?

Quelques notes plus tard et un Leadercast enregistré, voici ce qu’il en ressort.

Les secrets des champions

Quels sont les secrets des champions ?

1 – Les Secrets des champions : Pas de sacrifices

Alors que ceux qui peuvent rêver d’être des champions parlent de sacrifices, la fameuse moyenne, les champions et ceux qui sont amenés à le devenir n’y pensent même pas.

Quand ils doivent dire non à sortir le soir pour aller boire un verre ou aller manger une pizza, eux ne voient qu’une façon de les détourner de leurs objectifs.

Ils savent que pour être les meilleurs qu’ils puissent être, ils doivent se coucher tôt, manger sainement à l’instar de Tony Parker dont je vous avais parlé récemment suite à la sortie de son autobiographie que je vous recommande de lire.

Ils ne se disent pas qu’ils vont passer à côté de quelque chose car leurs objectifs sont plus importants. Cela les anime réellement.

Cela me fait penser à la constance dont parle Barth me concernant dans son Podcast.

Les champions sont constants parce qu’ils savent ce qu’ils veulent et qu’ils ne veulent pas. Ainsi, les sacrifices n’existent pas, il n’y a pas renoncement.

On dit que choisir, c’est renoncer. J’oserais dire que choisir, c’est tout simplement vivre comme on l’entend.

2 – Les Secrets des champions : Pas de comparaisons futiles

Les champions ne visent jamais la première place, ils visent l’amélioration de leurs records.

Ils ne perdent pas d’énergie à vouloir battre tel ou tel adversaire. Ils se concentrent sur ce qu’ils peuvent faire pour faire mieux.

Comme l’expliquait Bob Bowman dans son livre « Les règles d’or de l’excellence », lorsqu’il entraînait Michael Phelps, ils visaient tous les deux une amélioration du chronomètre.

Si cela faisait arriver premier, tant mieux mais là, n’était pas la première motivation. C’est d’abord soi contre soi.

A un autre niveau, Tony Estanguet, dans son autobiographie que je relis actuellement, expliquait qu’il n’avait jamais essayé les bateaux de ses adversaires quand eux venaient essayer le sien dès qu’il en changeait.

A trop chercher le petit détail des champions plutôt que de trouver le sien, j’en suis convaincu, on se perd.

Bien que la comparaison soit utile pour se motiver dans les moments difficiles ou pour briser des barrières psychologiques comme cela fut le cas avec Roger Bannister le 6 mai 1954 lorsqu’il passe sous les 4 minutes au miles (1609 m) et qui ouvrit alors la porte à des centaines d’athlètes par la suite, il n’en reste pas moins vrai que chaque individu est unique avec ses propres forces et faiblesses.

J’ai théorisé cela en musculation sous le nom d’analyse morpho-anatomique en proposant ma propre codification pour plusieurs raisons dont l’une était la comparaison incessante d’individus qui au lieu de se concentrer sur leurs actions pour progresser cherchaient le petit secret qui n’existait (n’existe) pas.

Les performances d’autrui doivent nous inspirer et nous ouvrir le champ des possibles, pas comme décourager.

3 – Les Secrets des champions : La visualisation

De plus en plus, la préparation mentale est utilisée pour transcender les performances.

Il n’y a aucun doute là dessus, la performance est aujourd’hui autant physique que psychologique.

Si on ne se voit pas réaliser quelque chose, il me parait difficile d’y parvenir.

Avec le recul, je suis convaincu que la visualisation (Je ne réduis pas la préparation mentale uniquement à cela) est primordiale.

Si on prend chaque jour du temps pour écrire ses objectifs et se voir en train de les réaliser, que cela soit sportif, professionnel, personnel, je n’ai aucun doute sur le fait que cela aide grandement à les atteindre.

C’est pourquoi j’ai repris l’écriture écrite de mes objectifs en musculation, chose que j’avais arrêtée et qui me faisait naviguer aléatoirement même si ceux-ci étaient présents dans ma tête.

Ecrire ses objectifs puis les visualiser en train d’être réalisé, voilà ce que font tous les champions aujourd’hui.

Si l’on est pas clair, pas bien dans sa tête, le physique ne peut pas se transcender.

Dans un récent livre que je lisais sur l’endurance d’Alex Hutchinson, celui-ci concluait après près de 300 pages que la fatigue était avant tout un état d’esprit comme je l’expliquais la semaine dernière.

Alors il ne fait, mais alors vraiment, aucun doute que se préparer psychologiquement à réussir est important et pas seulement qu’en sport.

4 – Les Secrets des champions : L’anticipation

J’avais une question qui m’intéressait particulièrement car j’y suis régulièrement confronté.

Comment font les champions pour ne pas sentir un énorme vide après l’atteinte d’un objectif ?

Nous savons tous que le bonheur est le chemin et non l’atteinte du but.

Alors comment faire lorsque l’on a, en théorie, fini le chemin en atteignant la performance désirée ?

La réponse de Barth fut que les champions anticipaient, voyaient bien plus loin.

Ce qui peut nous paraître exceptionnel, n’est, pour eux, que « normal » et ils rêvent de bien plus, leurs regards étant déjà tournés vers l’avenir.

Quand j’écris un article de 2000 mots, cela peut vous sembler une finalité quand, pour moi, c’est une banalité et que je pense déjà au prochain article (par exemple).

Cela me parle, car dans un monde qui met trop en avant le moment présent, je crois qu’il faut être à la fois présent maintenant mais aussi être tourné vers le futur.

Il faut pouvoir anticiper, prévoir la suite en amont sans quoi, on peut ressentir un grand vide et perdre ce « bonheur » qui est, globalement, un équilibre à trouver individuellement.

Chacun à son niveau doit prévoir la suite car la vie ne s’arrêtera sans doute pas demain et qu’il vaut mieux être heureux.

5 – Les Secrets des champions : La confiance

Dans un épisode d’Extra-Terrien, Vincent Defrasne dit que l’on n’a jamais vu quelqu’un avec trop de confiance en lui.

Je ne sais pas si cela est français mais lorsque l’on se pense le meilleur, que l’on se convainc que l’on est le meilleur et/ou que l’on va le devenir, cela dérange certains.

Mon expérience m’amène à penser que le manque de confiance en soi est un gros problème chez beaucoup parce que, peut être, toutes leurs vies on leur a dit qu’ils n’y arriveraient pas, qu’ils ne pouvaient pas réussir.

Par chance, ma mère m’a toujours dit que j’étais le meilleur, même quand je ne faisais rien de bien avec le recul, que je faisais ce que j’estimais normal.

Alors beaucoup, enfant et adolescent, parlait d’arrogance à mon égard. Encore beaucoup sur internet pensent que je suis arrogant quand il ne s’agit, en fait, que d’une confiance absolue en mes capacités.

J’ai toujours pensé pouvoir faire mieux, même quand je battais / bats mes records.

Pour tout vous dire, il y a quelques semaines, sortant du Festival Comedy de Montreux en Suisse, je m’imaginais faire du Stand Up ne pensant pas la choses hors de portée pour moi.

Peut être que j’exagère, que certains se demanderont pour qui je me prend mais au delà de ça, l’état d’esprit de croire en ses capacités, de ne pas avoir réellement de croyances limitantes fait une vraie différence.

Cela rejoint la préparation mentale, mais dans un monde qui essaie de comprendre la réussite, quelque soit le domaine, il me semble de plus en plus que se bourrer le crane d’ondes positives que ce soit via l’écoute de Podcast, la lecture, la consultation de contenu, quelque soit sa forme qui pousse vers l’évolution mais également dans la vie réelle en se construisant un environnement propice à la réalisation est déterminant.

Quand je vois Barth écrire toute la journée, travailler sur ses projets, en face de moi, je n’ai pas d’autres choix que de le faire aussi.

Il serait malvenu d’aller me poser dans le canapé pour faire de la consultation (on va appeler ça ainsi) de réseaux sociaux.

Nous ne sommes pas le reflet des cinq personnes que nous côtoyons.

Nous devenons nos choix d’actions.

Voilà ce que je retiens de notre échange avec Barth au sujet des secrets des champions.

De mon point de vue, cela ne me parait pas si difficile de les appliquer, quelque que soit son niveau.

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Rudy

Ps : Si cet article vous a plu, ma Formation Gratuite devrait grandement vous intéresser. J’explique ce que vous y retrouverez ici.

2 réponses
  1. Rémi
    Rémi dit :

    Bon article Rudy!

    A ma rencontre, on pense souvent que j’ai trop confiance en moi, que je suis hautain ou que sais-je… Plus le temps passe, plus on se rend compte qu’en fait, j’ai majoritairement peu confiance en moi et que je combat jour après jour pour devenir le champion que je veux devenir. Cette détermination à ne pas rester inactif, à ne pas attendre que les choses nous tombe dans le bec comme par magie engendre la ‘jalousie’ (est-ce vraiment le bon mot ?…) de la moyenne qui pense que parcequon se donne les moyens, parcequon se remet en question : on ne mérite pas ce qui va nous arriver. Étrange non ? 🤔

    A une prochaine ! Champi

    Répondre
  2. ABDELKADER GAALICHE
    ABDELKADER GAALICHE dit :

    Très bon article Cependant je pense qu’être champion ne peut pas se limiter sur le plan individuel ou au sport individuel .une équipe de foot bal peut être championne en obtenant la première place dans le classement des équipes au championnat..Dans ce cas l’équipe est championne et tous les joueurs qui ont contribué à ce résultat sont tous des champions.On ne peut nullement attribuer le résultat final à une seule star de l’équipe mais à tous les joueurs de l’équipe

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *