The Leader Project

MON NOUVEAU LIVRE

4 décembre 2019

Aujourd’hui, je suis heureux.

Bien que de nombreuses choses puissent essayer de ternir mon bonheur, j’ai appris au fil du temps que j’étais maître de celui-ci, que le bonheur était une décision.

Que l’on s’influençait soi-même, aussi bien positivement que négativement, par rapport aux histoires que l’on se raconte et auxquelles on accorde de l’importance.

J’ai appris qu’il valait mieux se mentir un temps, suffisamment pour que cela finisse par devenir vrai plutôt que d’être réaliste, j’oserais dire « plat », voir négatif vis à vis de soi-même.

Il y a quelques temps, revenant d’une conférence dans laquelle j’étais intervenu à Paris, me voilà à 3 heures du matin réveillé par une idée. Ça ne m’arrive pas souvent mais pourquoi pas ?

Celle-ci me motive tellement que je n’arrive pas à me rendormir instantanément. Je me mets à imaginer le plan, à écrire dans ma tête, à voir le résultat final.

Je vois l’ensemble de cette idée être concrétisée, je visualise tellement que c’est comme si c’était déjà fait. Je ne pense pas un instant à la quantité de travail que cela va me demander, ça va être fait.

J’ai, de nombreuses fois, utilisé la visualisation en musculation afin d’atteindre des objectifs, sans même le faire de manière conscience parce que cela comptait énormément à mes yeux.

Cela faisait déjà un moment que l’on me sollicitait régulièrement pour partager mon expérience en musculation, notamment sur l’analyse morpho-anatomique et sa codification (qui est disponible dans le Tome 1 et 2 de la Méthode SuperPhysique) mais aussi sur mon expérience en tant qu’entrepreneur.

Bien que pour certains qui suivent mon travail d’un oeil, je ne suis qu’un simple « coach », cela fait maintenant plus de 13 ans que j’entreprends divers projets, souvent avec succès, dans le milieu de la musculation.

Des questions se posent donc : Comment fais-je pour réussir presque à tous les coups ? Existe-il des secrets que je n’ose dévoiler ?

Lorsque j’interviens au sujet de ma première passion qu’est la musculation, je n’ai pas besoin de préparer quoi que ce soit car j’ai mis plus de 10 ans à codifier ma méthodologie, elle fait partie de moi.

Mais lorsque j’intervenais sur le sujet de l’entreprenariat, j’y allais les mains dans les poches car je partageais mon expérience. J’osais croire que je me souvenais plutôt bien de l’ordre des choses, bien que j’omettais sans m’en rendre compte sans doute certains détails.

Puis à ma dernière conférence, après l’avoir fini, je me suis rendu compte que j’avais oublié de parler de certains points importants. Ce coup-ci, il ne s’agissait pas de parler que de moi mais bien d’aider d’autres à accomplir leurs rêves, à être heureux.

S’il ne s’agit de parler que moi, c’est évidemment »facile ».

Mais si mon but est d’aider d’autres à entreprendre, à pousser à l’action, je ne peux oublier certaines choses. Cela manque de professionnalisme et me chagrine. Je ne peux pas me contenter de « moyen ».

Alors, rentrant de Paris, à 3 heures, me voilà pris de l’idée d’écrire tout ce que je recommande afin d’aider au mieux.

Comment je fais pour réussir et être heureux ? Quelles sont les différentes étapes que je suis ? Dans quel ordre ? Et surtout, est-ce transposable ?

Au début, je ne sais pas comment cela sortira. J’imagine une Formation vidéo ou audio mais cela me gêne pour le manque d’investissement personnel qu’il y a derrière ce type de format.

Dans tous les cas, avant tout, je dois écrire. J’adore écrire alors je me lance. Ca fera office de plan pour la Formation.

Je fais le plan, le sommaire sans savoir si celui-ci sera amené à être modifié, peu importe. Pour l’instant, ce n’est qu’un appel que j’ai ressenti et j’ai besoin d’extérioriser tout cela, sans trop savoir où cela me mènera.

Alors, je commence, armé de mon casque et de musique de super héros dans les oreilles, à moitié dans le noir et avec ma capuche sur la tête.

Chaque après midi, après m’être occupé de mes élèves et m’être entraîné, je réponds à cet appel.

Le premier chapitre fait 10 pages et j’en ai prévu 14. Je suis en train de me dire que cela va être gros mais j’essaie de ne pas y penser, sachant que lorsque cela semble trop gros, on se décourage.

Je prends chapitre par chapitre, me relisant pour essayer de ne rien oublier, de dire tout ce que je dois dire à celui qui voudrait se lancer, pour que cela fasse la différence.

Comment faire ce que l’on aime et réussir à en vivre ? Comment savoir ce que l’on aime ? Comment le transmettre de la bonne façon ? Comment faire pour durer ?

Les jours passent et c’est de plus en plus gros. Je commence à me dire cela va être compliqué d’en faire une Formation vidéo sans rien oublié, encore pire pour une Formation Audio où j’aurais tendance à me disperser.

Je commence à penser l’Ebook, un livre en version numérique mais cela me dérange car si réellement, cela contient un nombre de page important, je trouve cela peu pratique.

Alors la solution du livre papier semble s’imposer.

Ca tombe bien car deux semaines auparavant, je coachais Anthony via LeaderCast pour l’aider à mettre ses projets en oeuvre et la première de nos étapes était de finir son livre, de le faire imprimer et de le proposer sur son sujet qu’est celui de l’aménagement foncier.

Je continue donc à écrire avec cela dans un coin de ma tête, sans me limiter, sans avoir peur de trop en dire, sachant que derrière, je suis seul maître de mon contenu.

Je n’aurais pas à « subir », le mot est peut être un peu trop fort, des coupures dans mon texte comme lors de mon précédent livre édité par une maison d’édition qui me rétribue à hauteur de 2 euros brut par livre après renégociation avec mon co-auteur après l’abandon de sa part du deuxième livre que nous devions faire.

J’y vais, chaque jour, et je mets le paquet. Je prends vraiment du plaisir à retransmettre mon expérience et je sens que je tiens quelque chose d’impactant, qui peut changer la vie de ceux qui appliqueront toutes les étapes.

Je ne m’arrête plus, c’est comme si j’étais lancé et que rien ne pouvait me stopper avant que j’en ai fini. Je délaisse d’autres projets que j’ai en cours parce que c’est plus important. Je me rappelle mes années « folles » où rien ne comptait plus que mon travail.

Deux semaines plus tard, me voilà avec 104 page de tout ce que j’aimerais expliquer, donner lorsque quelqu’un me demande comment réussir et comment il peut lui aussi réussir.

L’idée de l’Ebook est abandonné, c’est trop long. Je ne me verrais pas lire un livre numérique aussi long sur ordinateur. Déjà que pour le Tome 3 de la Méthode SP qui contient 80 pages, je trouvais que cela faisait beaucoup mais là, c’est trop.

Alors, ce sera un livre mais avant cela, je dois m’assurer que ma mission est atteinte.

J’envoie le « manuscrit » à deux personnes que j’estime être la cible de ce travail, des personnes lancées dans leurs projets mais un peu perdu, ne sachant pas par où commencer, comme s’organiser.

J’attends leurs retours afin de voir si je suis dans le vrai, si je ne me raconte pas une histoire à dormir debout.

Le verdict tombe : C’est exactement ce dont ils avaient besoin.

Ne sachant pas trop comment fixer le prix et étant cette fois-ci libre de mettre le prix que je désire, je leur demande combien il aurait payé pour lire cela. Ils tombent d’accord : « A 50 euros, c’est honnête ».

Sachant qu’un livre coûte généralement autour de 20 euros, je n’étais de toute façon pas prêt à me prostituer. Je trouve que le prix des livres par rapport à la valeur qu’ils apportent sont vraiment sous-estimées la plupart du temps.

Ca me semble bien, j’arrondis à 47.9 euros parce que j’aime le 7.

Sachant que certains vendent des Formations à plusieurs milliers d’euros pour un l’équivalent d’un chapitre de mon livre, cela me semble honnête avec toujours en tête, cette envie de rendre accessible à tous et à toutes les bonnes connaissances.

Si l’on désire vraiment changer de vie et réussir à vivre de sa passion et que l’on n’est pas prêt à dépenser 50 euros, c’est peut être parce que l’on ne se respecte pas, que l’on ne se prend pas au sérieux mais là, je ne peux rien y faire. Sans doute que mon travail ne les concerne pas, qu’il ne s’y retrouve pas.

De toute façon, je ne cherche pas à en faire un BestSeller, je ne veux surtout pas le proposer sur des plateformes où des gens seraient susceptibles de se le procurer sans savoir de quoi il en retourne. Je n’ai aucun intérêt personnel à le proposer à des gens pour qui ce n’est pas et qui tomberaient dessus par hasard.

Je veux éviter à tout prix les commentaires négatives pour continuer d’être dans le bon Mindset. Je veux remplir ma mission auprès de ceux que je souhaite aider et qui me demandent mon aide.

Ce livre, il est donc pour ceux qui m’écoutent chaque semaine, que je rencontre dans mes conférences, pour ceux qui me contactent régulièrement et qui me font part de leurs problématiques.

Il répond à un besoin qui est bel et bien là, que j’ai identifié.

Avant d’imprimer le livre, j’ai envie d’une préface et je sais dès le début à qui je vais demander de la faire : A ma grand mère.

Toujours encourageante et surtout ancienne formatrice dans l’élaboration de projet professionnel à l’AFPA, je sais que c’est L personne et qu’elle saura également me dire si je suis dans le vrai.

Quand je l’appelle pour lui dire que j’ai fait un livre et que j’aurais besoin de ses corrections orthographiques, il n’y a pas de problèmes car je lui ai demandé de nombreuses fois au fil des années pour mes livres numériques en musculation (Je ne t’oublie pas Steph).

Mais lorsque je lui demande de faire la préface, elle est un peu paniquée. Ne sachant pas exactement de quoi parle le livre, elle ne sait pas encore que le sujet la concerne. Je lui dis de le lire, qu’elle saura quoi écrire ensuite.

Je lui envoie le manuscrit qu’elle dévore et me dit qu’elle comprend mieux ma demande.

En même temps, cela me fait plaisir de l’associer à ce projet car elle fait partie des rares personnes qui ont compris la vie à mes yeux.

Anthony reçoit son livre entre temps et me fait une vidéo pour me montrer la qualité. Je suis impressionné, c’est un vrai livre, vraiment. Il n’a rien à envier aux livres que l’on trouve en librairie.

Je m’intéresse à la mise en page ne voulant pas faire dans les apparences. Je n’ai pas besoin de mise en page particulière ou de beaux dessins, encore moins de photos.

Il faut seulement que le texte rentre dans les pages, le fond avant la forme, le fond devrait vous plaire.

J’apprends que le format livre est différent du format word de base. Il s’agit du format A5 et non du A4.

Je fais les modifications avec les marges nécessaires et me voilà avec le double de page : 210 pages !

Je ne me rendais pas compte que j’avais autant écrit mais cela me donne quelques idées pour la suite de mes projets en musculation sachant, qu’en fait, j’écris le double de ce que je pensais.

Je lance la production pour 100 exemplaires en écrivant soigneusement en amont à l’imprimeur pour qu’il vérifie si tout est bon de son côté, j’apprécie son sérieux.

Je paie et j’attends donc la livraison qui finalement arrive hier, 15 jours après avoir commandé.

Je déballe les cartons avant même de manger en revenant de la salle pour m’apercevoir que c’est du bon travail.

Je suis fier, c’est propre et c’est le livre que je voulais. Il y a tout ce que je voulais dire et transmettre et je suis convaincu qu’il peut changer des vies, vraiment.

Ça peut paraître kitch dit comme cela mais j’en vraiment convaincu.

Je ne l’ai pas écrit comme les articles que vous lisez chaque semaine.

Je l’ai écrit pour vous pousser à l’action et en vous donnant les méthodes qui vont vous permettre de le faire.

Ce n’est pas un livre pour devenir millionnaire, c’est un livre avant tout pour trouver le bonheur, pour être heureux.

De là, découlera alors de nombreuses possibilités qui ne dépendront que de vous.

Ce livre s’inscrit véritablement dans ma démarche de faire mieux ensemble que seul et je ne doute pas qu’il le permette.

Alors voilà, je vous en avais parlé il y a quelques semaines, vous teasant et il est maintenant réalité.

Pour faire la différence, pour faire votre différence, pour amener la lumière dans un monde sombre.

Je le crois, plus que jamais. C’est du bon travail et si vous me suivez chaque semaine ou presque, sachez qu’il est pour vous.

Si vous êtes prêt à faire les efforts nécessaires pour changer de vie, pour trouver ce qui vous anime et le faire, alors voilà la réponse.

Mon livre « THE LEADER PROJECT« .

Retrouvez toutes les informations à son sujet sur CETTE PAGE.

J’ai hâte de voir vos projets se réaliser.

Ensemble pour faire mieux que seul ?

A très vite,

Rudy

Ps : J’envoie personnellement chaque livre. Vous pouvez donc compter sur moi pour y mettre un petit mot personnel.

3 réponses
  1. michel VARIN
    michel VARIN dit :

    cette semaine il n’y a pas à discuter donc j’en remets une couche sur le dernier sujet :
    J’aime les gens capables d’errance. Ils sont humains et je ne les juge pas. Mais je me méfie des gens qui ne font jamais d’excès, qui ne sont jamais sauvages un temps.
    Je trouve ça suspect.
    Suspect parce que humainement douteux. À moins de se rater soi-même, de passer à côté de l’essentiel, il n’est pas possible d’aller toujours dans le même sens, de suivre sa petite ligne respectable. On finit par n’être plus que des copies de copies, des singes de nous-mêmes. »
    Gérard Depardieu

    Répondre
  2. Quintard
    Quintard dit :

    Bonsoir
    Je tenais à te féliciter pour ton courage et ta ténacité
    J’ai été touché par le fait que tu demandes à ta grand mère d’écrire la préface
    Je dois t’avouer que je te suis sur les réseaux sociaux, j’ai 61 ans titulaire d’un BE judoka j e pratique le vélo en cyclosportif et je complète ma condition en allant à la salle de musculation 3 fois par semaine
    J’ai géré une salle de musculation il y a plus de 20 ans et j’ai vécu pas mal,de galère hernie discale capsulaire rétractile deux ménisques
    J’ai eux un dérèglement de la thyroïde et suis passé à 102 kg bien gras
    Je me suis repris en main j’ai évacué le stress et je suis revenu à 80kg
    J’adhère à tes principes et pour l’anecdote je suis un ancien directeur de l’afpa
    Bravo et continuez

    Répondre
  3. Jerome B
    Jerome B dit :

    Comme le dit Michel , il n’y a pas débat cette semaine, juste un MERCI à toi Rudy pour ce très beau livre (vraiment , je n’exagère pas ) et une dédicace touchante.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *